Fiches individuelles


NEYRON Antoine dit Neyron Cadet
Marchand et fabricant de rubans, administrateur des Hospices, premier maire de Saint-Etienne

Naissance : 8 juin 1738 à Saint-Etienne 42
(Source : http://noms.rues.st.etienne.free.fr/rues/neyron.html).
Décès : 1 mars 1807 à Lyon 69
(Source : http://noms.rues.st.etienne.free.fr/rues/neyron.html).

Père : NEYRON Marcellin ( 1701 - 1753 )
Mère : THIOLLIÈRE Marie Anne ( 1707 - 1793 )

Union : JOURJON Marie Anne ( 1747 - 1774 )
Mariage religieux : 10 janvier 1769 à Saint-Etienne 42
(Source : http://noms.rues.st.etienne.free.fr/rues/neyron.html).

Enfants : NEYRON Marianne Josèphe ( 1770 - 1826 )
NEYRON Antoinette ( 1771 - 1858 )
NEYRON André ( 1772 - 1854 )
NEYRON Marcellin ( 1773 - ? )

Note individuelle :
Marchand et fabricant de rubans, administrateur des Hospices. Premier maire élu de Saint-Étienne du 02/03/1790 au 14/11/1791 puis de nouveau du 31/03/1797 au 19/11/1797 et enfin, nommé par le premier Consul le 12/04/1800 jusqu'au 03/06/1800. Il a acquit une propriété et fait construire le château du Minois à St-Genest-Lerpt en 1804. (Source : http://noms.rues.st.etienne.free.fr/rues/neyron.html).

Frère cadet de Jacques Neyron, il épouse en 1769 Marie-Anne Jourjon, fille d'un des entrepreneurs de la Manufacture d'armes de guerre et sœur de Jourjon-Robert : trois enfants naissent de cette union dont André-Antoine Neyron.
Il dirige la société Veuve Marcellin Neyron & fils ce qui fait de lui un des plus importants marchands de rubans de Saint-Étienne. Il achète une charge de secrétaire du Roi mais n'ayant pas atteint les vingt ans d'exercice, il n'est pas accepté dans l'Assemblée de la noblesse du Forez en 1789.
Il est élu maire de Saint-Étienne au suffrage censitaire le 2 mars 1790. Cette première municipalité élue réalise une œuvre considérable en un laps de temps assez bref : numérotation des maisons, pavage et éclairage des rues par des réverbères et surtout achat d'une partie des biens des couvents vendus comme biens nationaux pour servir d'hôtel de ville et surtout pour ouvrir de nouvelles places et rues, à l'origine du centre-ville actuel. La première municipalité d'Antoine Neyron s'achève officiellement par la passation de pouvoir du 20 novembre 1791. Élu notable de la municipalité Praire-Royet, le 6 décembre 1792, Antoine Neyron prend une part active à la révolte fédéraliste.
Après la chute de Lyon et la victoire des Jacobins, il doit s'enfuir : il figure au premier rang des suspects recherchés et sa maison est réquisitionnée pour accueillir les représentants de la Convention tels que Claude Javogues. Lors des élections municipales du 1er germinal an V (21 mars 1797), il est élu à la municipalité par 498 voix et le conseil le choisit pour maire le 31 mai.
Le coup d'État anti-royaliste du 18 fructidor (14 septembre) entraîne la suspension de la municipalité, qui cesse de fonctionner le 24 septembre. Antoine Neyron est, enfin, nommé une troisième fois, maire de Saint-Étienne, par le Premier consul, le 12 avril 1800, mais il refuse cet honneur. Il remplit cependant quelques fonctions dans ces dernières années : au Conseil d'Agriculture, Commerce et Arts de la ville (1801) et au conseil général de la Loire (1803) où il joue un grand rôle pour obtenir la réalisation de la route de Roanne au Rhône. Il fait construire le château du Minois sur ses propriétés de Saint-Genest-Lerpt.
(Source : encyclopédie en ligne Wikipédia).

NEYRON Antoine
NEYRON Marcellin
 
 
THIOLLIÈRE Marie Anne
 
 


                     


Ces pages ont été créées par Heredis 8 pour Windows , © BSD Concept