La Garonne


Retour Accueil site

Les  images sont volontairement réduites par souci de meilleur affichage. Si vous désirez  les photos en taille réelle, contactez-moi ici. Les liens sur les noms des déportés renvoient vers des photos ou des articles.

Caractéristiques

La Garonne est un transport-écuries à hélice de la classe Calvados. C'est un trois-mâts à coque en bois, avec une capacité de 400 passagers et 352 chevaux répartis entre le spardeck (92, le faux-pont (174) et la cale (96). Les animaux, logés dans deux des faux-ponts, disposaient d'un espace de 60 cm de large. Construit par les chantiers navals de Brest, ce navire est sur cale le 2 mai 1856. Son lancement a lieu le 16 juin 1859, pour une mise en service en juin 1859.
Ce navire d'une longueur de 80 mètres, jaugeant 3210 Tonneaux, était propulsé par une hélice et une machine auxiliaire de type 200 ou 250, d'une puissance de 804 à 1074 chevaux, pouvant atteindre une vitesse de 9,8 nœuds, fonctionnant au charbon (200 tonnes étaient embarquées pour sa chaudière), et  par une voilure de 1986 m². Il était armé en 1873 de 4 pièces de 14 com NR 2 et 5 pièces de 4 cm aux extrémités des prisons. Son équipage était de 7 officiers pour 258 hommes. 


la Garonne amarrée au port de Cherbourg

Historique

Le 16 juin 1859 la Garonne appareille de Brest pour Oran, puis Toulon. Le 8 octobre 1859, elle part pour la Chine, faisant escale à Tables Bay du 7 au 21 février 1860, pour arriver à Hong-Kong le 17 avril 1860. Elle est alors sous les ordres du commandant Protet et stationnera à Saïgon du 14 février 1861 au 3 avril 1862.
Le 3 avril 1862 la Garonne fait retour vers Suez, où elle arrive le 15 février 1862, où elle charge des passagers et 210 chevaux et retourne directement sur Saïgon, où elle arrive le 18 août 1862. Elle appareille de nouveau le 1er octobre de la même année, avec à son bord des malades, en direction de Suez où elle arrive le 19 novembre. Le 6 janvier 1863, elle effectue un nouveau voyage sur Saïgon, qu'elle atteint le 26 février. Le 15 avril 1863, c'est le troisième départ en direction de Suez où elle arrive le 11 juin, avant de quitter ce port le 20 août en direction de la France, pour atteindre Cherbourg le 23 décembre 1863, lieu où elle est désarmée et passe l'année 1864 en carénage.
Le 20 février 1867, la Garonne arrive au Mexique. Sa mission est l'évacuation de troupes et elle appareille le 2 mars pour Brest, avec à son bord 529 passagers, dont 15 religieuses. En 1870, elle arme à Cherbourg, pour aller désarmer à La Rochelle.
En 1871, la Garonne est en Allemagne pour ramener des prisonniers. Elle est transformée en ponton-prison et affectée à Cherbourg, du 29 mai au 30 juin 1871, et remplacée par l'Arcole, afin d'effectuer le transport de forçats en Nouvelle-Calédonie, mission qu'elle effectuera, avec le transport de passagers, de 1872 à 1875. En mars 1872 la Garonne est sous le commandement du capitaine de vaisseau Rallier.
Le 4 avril 1873, elle désarme à Brest et en juin elle va sur Toulon afin de prendre des passagers sur l'Hercule, les transporter en Nouvelle-Calédonie, avant de revenir à Brest. Elle effectue deux nouveaux voyages vers Nouméa en octobre 1874 et novembre 1875, avant d'être à nouveau désarmée à Brest le 22 juin 1876.
En 1880-81, elle est transformée, en vue d'effectuer des voyages pour les Antilles, par ajout d'une teugue (construction légère sur le pont d'un navire, sorte de petit gaillard d'avant peu élevé et de petite longueur) et d'une dunette. De 18881 à 1886, elle fera du transport à destination de la Réunion, du Sénégal, des Antilles et de Madagascar, avant d'être une dernière fois désarmée en 1886. La Garonne sera enfin rayée des listes de la flotte le 2 avril 1891.

la Garonne

3ème convoi de déportés 

Le 31 juillet 1872, sous les ordres du capitaine de vaisseau Rallier, la Garonne quitte la rade de Brest. Elle avait embarqué 356 déportés en provenance du fort de Quélern. Dans les jours qui suivent, elle embarque 222 autres prisonniers qui étaient internés dans à l'île d'Oléron, et un surveillant de l'Administration pénitentiaire comme passager libre. Le journal de bord et le rôle des équipages pour ce navire ayant brûlé au cours de la Seconde Guerre Mondiale, on ne peut définir avec exactitude la composition de l'équipage (265 selon les dossiers de la Marine, 215 selon Roger Perennès)  et le nombre exact de passagers, libres ou non, mais on peut estimer le total aux alentours de 830 personnes

Le 9 août 1872 la Garonne, quitte le mouillage de la rade des Trousses et prend le chemin de la Nouvelle-Calédonie. Après 18 jours de mer, elle est le 27 septembre à Dakar, où deux déportés malades sont débarqués qui, selon le rapport du commandant Rallier "ont réussi à tromper la vigilance de la commission sanitaire qui les a visités au départ. Ces deux hommes se trouvaient dans un état de phtisie avancée.". Le premier, Adolphe Martin, sera embarqué sur un autre navire après sa guérison. Le second, nommé Foissard, était presque mourant lors de son débarquement. Il pourrit s'agir de Louis-Eugène Foissard, né à Paris le 19 février 1843, y demeurant, typographe, marié sans enfant, qui aurait commis un vol chez un sergent de ville, fait qu'il avait nié avoir commis. Il fut condamné le 14 février 1872 par le 7ème Conseil de Guerre à la déportation simple. Son dossier portant le mention "décédé", peut-être est-il mort à l'hôpital de Dakar. Le ravitaillement en vivres et charbon effectué, la Garonne quitte Dakar dans la nuit du 2 au 3 septembre 1872. L'itinéraire (page 1, page2) passait par le large de Tristan Da Cunha, le cap de Bonne Espérance et les îles Mac Donald. Le 26 octobre, elle doublait le cap sud de la Tasmanie, ayant mis 26 jours pour parcourir la distance depuis le cap de Bonne Espérance. Après 63 jours de mers sans nouvelle escale depuis Dakar, la Garonne arrive à Nouméa le 5 novembre 1872. La vitesse du navire, soit environ 7 nœuds de moyenne, est pour l'époque une très belle performance. C'est aussi le voyage le plus court effectué par l'un des vingt convois de déportés vers la Nouvelle-Calédonie. 

Le rapport de mer du commandant Rallier est, selon Roger Pérennès, paru  dans la Revue Maritime et Coloniale de 1873, tome 37, ouvrage conservé au Musée de la Marine de Rochefort (17). En voici la partie parue dans le livre de Pérennès : 

"En partant de Dakar, j'ai piqué au Sud et même au Sud-Est, dans la mousson équatoriale, j'ai coupé la ligne entre 18 et 19° puis j'ai serré un peu le vent de manière à passer à 150 lieues au vent de la Trinité et 19 jours après mon départ, j'ai atteint Tristan d'Acunha. Dans les calmes de la ligne et ceux du Capricorne, j'ai rencontré des vents du Sud tenaces, qui ont rudement entamé notre approvisionnement de charbon. J'ai coupé 45° Sud par le méridien de Paris et le 50° Sud par celui du Cap de Bonne-Espérance. J'ai franchi pendant la nuit les iles Macdonald, au-delà desquelles j'ai trouvé des vents très frais de Nord et Nord-Nord-Est qui m'ont poussé jusqu'au 54° Sud. C'est la seule brise un peu violente que nous avons rencontré au Sud du 50ème degré et elle a peu duré. Pendant 21 jours passés dans ces latitudes, les cacatois n'ont été serrés que soixante-seize heures en tout, en dix fois différentes. Nous avions une forte houle de Nord-Ouest, qui devait venir de 200 lieues et dont nous n'avons trouvé le vent correspondant qu'en nous rapprochant du 45° Sud.

Le froid n'a pas dépassé 4° au dessous de zéro. Le froid a donné de la peine et des bobos, mais pas de maladie ; l'air était sec et salubre. Nous avons vu la première glace par 52° Sud et 33° Est. Puis les 16, 17, et 18 octobre, nous avons trouvé un groupe dont quelques-unes en fusion, par 52° Sud et entre 90° et 102° Est ; c'est tout. Le 20 octobre nous avons coupé le 50° Sud, après avoir fait en 20 jours 100° de longitude : soit 5° par jour. Dans le nord du 50ème degré, nous avons changé de zone : la pluie succédait à la neige ; la mer redevenait dure ; la brise assez violente. Le 26 octobre, nous doublions la Tasmanie, le 4 novembre nous étions devant les passes de Rulari et le 5 au matin nous mouillions sur le rade de Nouméa."

Selon l'extrait du rapport du commandant de la Garonne, il ne déplora que deux décès, de mort subite, parmi les détenus, et deux autres "sérieusement alités", en atteignant la Nouvelle-Calédonie. Mais l'état général sanitaire des déportés était relativement bon, hormis "quelques symptômes de scorbut se sont montés chez un bon nombre, mais ils étaient sans gravité". Selon le dossier du navire au CAOM, sur 578 les prisonniers embarqués, 574 débarquèrent effectivement en Nouvelle-Calédonie.

Selon ce même rapport, en quittant Nouméa le 6 décembre 1872, pour regagner Brest, le navire embarqua 47 passagers. Parmi eux se trouvaient des surveillants et agents "dont le conseil de santé de la colonie a proposé l'envoi en France, pour y jouir d'un congé de convalescence" (voir liste sur pièce n° 6), deux étant retraitables. Parmi les 47 passagers, il y avait Auguste Mercier, ex commissaire de Police adjoint, son épouse Virginie, et leurs 88 enfants, Berthe, Robert, Elisa, Augustine, Louise, Anna, Edouard, et Alice, qui avaient embarqué à Nouméa le 5 décembre 1872. Auguste Mercier était arrivé à Nouméa le 26 mai 1861, débarquant de l'Iphigénie, sur laquelle il avait embarqué à Brest le 18 décembre 1860. On comptait également deux déportés graciés, les nommé Leroy, arrivée à Nouméa avec la guerrière et rapatriable, sa peine ayant été commuée, et le déporté Jacques Reber, matricule 3805, qui avait vu sa peine commuée en détention. La Garonne arrivera le 9 mars 1873 à Brest.

Parmi les déportés de ce convoi, comme on peut le voir dans la liste qui suit, on trouve un certain Pierre Adolphe Cheramy. Ce dernier, qui se prénomme en fait Louis Pierre Adolphe, est né à Arville (Loir-et-Cher) le 26 juillet 1828, de Pierre Lucien Michel, lui-même né en 1793, domicilié à Arville, cultivateur en 1828, puis boulanger en 1834/1840, et de Marie Madelaine Leguay. Il est l'aîné de 3 frères, tous 3 boulangers et Compagnons du Devoir du Tour de France. Le deuxième, Jaques Eugène, dit Vendome sans Chagrin, est né à Arville le 8 décembre 1834 et est reçu compagnon boulanger du Devoir à Tours (Indre-et-Loire) à l'Assomption 1856. Le troisième fils, Auguste Victor, dit Vendome le Bien Estimé, est né le 1er février 1840 à Arville, et est reçu compagnon boulanger du Devoir à Angoulême (Charente) à la Toussaint 1860. Louis Pierre Adolphe quant à lui, dit Vendome le Décidé, avait été reçu compagnon boulanger du Devoir à Orléans (Loiret) à la Toussaint 1850. Pour avoir servi la Commune, il est condamné le 18 avril 1872 par le 10ème Conseil de Guerre à la déportation simple. Il embarque sur la Garonne le 31 juillet 1872, en provenance du fort de Quélern. Il mourra à l'île des Pin le 17 octobre 1875, à l'âge de 47 ans, d'une luxation de la 5e vertèbre cervicale "dans un chahut avec Léon Marchais". Il portait le matricule 633.
Quand à ce Léon Marchais, d'après le Maitron, il était né le 28 mars 1837 à Paris, était veuf et sans enfant. Il exerçait la profession de fondeur en fer. Il avait avoué avoir été condamné à deux mois de prison pour outrages publics à la pudeur, mais son casier judiciaire avait été incendié. C'était un ivrogne. Il avait été condamné, le 15 avril 1872 par le 9ème Conseil de Guerre, à la déportation simple pour faits insurrectionnels, puis plus tard amnistié.

Dossier CAOM 

Le dossier de la Garonne conservé au Centre des Archives d'Outre-Mer à Aix-en-Provence (13) contenait 10  pièces différentes non classées par ordre de date ou autre: 

1- Extrait d'un rapport de Mr le Capitaine de Vaisseau commandant la Garonne du 8 mars 1873 (page 1, page 2, page 3),

2- Extrait d'un rapport de Mr le Capitaine de Frégate (sic) commandant la Garonne du 2 septembre 1872 à Dakar (page 1, page 2),

3- Lettre du 3ème bureau du Ministère de la Marine (page 1),

4- Billet annonce le départ de la Garonne de Nouméa vers la France (page 1),

5- Billet annonçant l'arrivée de la Garonne à Brest (page 1),

6- Avis de départ de la Garonne de Nouméa pour la France, avec la liste des agents de l'Administration embarqués (page 1, page 2

),

7- Lettre du 11 septembre 1872 du Ministère de la Marine 2ème Bureau (page 1),

8- Lettre du Préfet Maritime au Ministre de la Marine du 15 août 1872 (page 1),

9- Bordereau récapitulatif du 12 août 1872 (page 1, page 2),

10- Etat nominatif des passagers de toute espèce embarqués sur le bâtiment de l'Etat la Garonne pour les Colonies (page 1, page 2).

La Garonne, la Rance et le Cyclope à l'île des Pins

Liste des condamnés à la déportation en enceinte fortifiée : François AZZARI, Hubert BALVET, Antoine BARRIERE  (ou BARRIER), Désiré Pierre BEUREE, François Baptiste BERRIER, Arthur Frédéric BERNARD, Louis Henri BERNU, Auguste César BESSOU dit Besson, Alexandre Henri Théophile BERGES dit Legrand, Ferdinand BREAULT, Joseph CAP, Jules Théodore CHIFFON, Jules CHABANNAS, Alexandre Jules CLAUSSE, Louis COSTE, Charles Alphonse DELAUNAY, Jules Antoine DOLLE, Jean Louis DUNAND, François Auguste FLAMANT, Jean FRAISSE, Louis FREROT, Jean Anselme GASTON, Joseph GERARD, Eugène GIRARD, Osmain Jacques GIRONCE, Auguste Nicolas GOFFINET, Henri Ernest HAUSSLANN, Albert Joseph HENIN, Henri Constant HUREZ, Antoine Auguste JOURNAULT, Jules KAFFE, Désiré Nicolas LAVIOLETTE, Célestin François LAMBOLEY dit Foubert, Pierre LEMOINE, Pierre Marie LEHAGRE (ou LEHAYRE), Pierre LERAILLE, Louis Joseph LECLERC, Léonard LENOIR, François LEROY, François LOTHIE, Louis Joseph LOMBARD, Joseph Gustave MARIE, Ernest Théophile MARIE, Louis MAZEAU, Maxime Alphonse MARIN, Félix Marie MINGAN, Louis MINARD, Jean MOUREAU, Louis Charles MOQUET, Louis Christophe PAVY, Gustave Joseph PATEYRON, Eugène Adolphe PERREE, Joseph PERROT, Eugène Adolphe PERRAIN, Emile PELLERIN, Charles PONCHON, André PROUT, Jean-Marie QUINTIN, Frédéric RAVA, Désiré RENAUDE, Jules Edouard (ou Edmond) RENARD, Claude ROY, Auguste Jean ROULIER (ou ROULLIER), Charles SCHANNOT, Emile François SERAND, Jean SIMONNAIRE, François STIBRE, Auguste Marie SULLEAU, Pierre TAVEAUT (ou TAVEAUX), Jean TREIN, Marc Joseph TRIADON (ou TRIADOU), Alexandre VASSON, Louis Victor VERGER dit Laurent, Jean-Baptiste Dieudonné (ou Edmond) VIGREUX.

Liste des condamnés à la déportation simple : Céleste Clair ADAM, Louis ADAM, Jean-Baptiste ALEXANDRE, Jules Victor ALLARD, Alexandre AMBROGELLY (ou AMBROGELLI), Constant Julien AMIARD, Charles ARDILLIERS, Nicolas ARNOULD, Léopold AUBERTIN, Ulysse AUGROS, Jean-Pierre Jules AURAND, Pierre Louis BAINSE, Jean BALEJOUX, Joseph BALLARD, Prosper Pierre Louis BANDIN, Alfred Aristide BANGE, François BARBILLON, Jean-Baptiste Isidore BARBIER, Jean-Jacques Honoré BARDET, Pierre BARLIER, Jules (ou Frédéric) Charles BARTHOMOMY, Pierre Louis Clovis Frédéric BAUDIER, Jean-Baptiste Alexandre BASTIDE, Jean BAYOL, André BAZIN, Maximilien Chrysostome BAYOT (ou BAYLE), Eugène BAYER (ou BAILLIERES), Hippolyte Louis Désiré BEAUDOIN, Louis Armand BEAULIEU, Constant BENA, Eugène BENOIT, Henri Joseph BERARD, Jean-Baptiste BERCHER, Jean-Baptiste BERGOT, Auguste BERLIN, Hervé BERLIVET, Edouard BERRUZIER, Denis Ulysse BERRY, Anatole BERTON, Isidore BERTRAND, Claude BILLAUD, Lubin Pierre BILLARD, Etienne BIVA, Alfred Eugène BINET, Alfred BIBILLE, Léopold BILLAT, Louis Clément BLUT, Charles BLONDIN, Charles BOUQUARD, Michel Alphonse BODARD, Charles Edmond BODET, Adolphe Hippolyte BOISON, Louis Joseph Edouard BOISTEL, Edouard Louis Eugène BOISTEL, Etienne François Auguste BOIVIN, Glandin BONETI, Joseph Hippolyte Ivan BONNET, René Julien BOTHEREAU, Emile Frédéric BOUCHER, Charles BOULAT, Ambroise Eloi BOULLEAU, Adolphe BOURDET, Jean-Baptiste BOURLIER, François BOUVY, Vincent Alfred BRASSARD, Alphonse François BREDIF, Auguste Louis BRETONNEAU, Laurent BRISSARD, Louis Charles BROCHERIEUX, Etienne Cérasime BRUGNY, Louis Jean-Baptiste BRUNETTI, Hyppolyte BRUSSELAARD, Félix Nicolas BRUYER, Martial BUCHENAUD, Jean Antoine BUISSON, Félix Joseph BULARD, Victor Léon BUON, Charles BURET dit Victor, Jean Nicolas BURTIN, Eugène CARRE, François CASTILLE, Joseph CARREL, Jean CALLET, Pierre CAILLET (ou CALLIET) dit Leblanc, François Félix CAITAINE, François Octavien CAILLIAU, Désiré François CAILLY, Jean CAMUS, Etienne Pierre CARRE, Jean Victor CATIN, François Victor CARRIERE, Nicolas Firmin CATTELAIN (ou CATELAIN), Jean CEDELLE, Pierre Adolphe CHERAMY, Antoine Léon Marie CHARRET, Clovis Arsène CHRETIEN, François CHAIZE, Pierre Jacques CHAUMET, André CHERVY, Antoine CHABANNE, Gustave Célestin CHAMPY, François Palmyre CHARRON, Jean CHANSON, Basile Alphonse Victor CHESNEL, Pierre CHARPENTIER, Mathieu CHABROUTY, Charles Théodore CHARLIER, Jules Savinien CHOPARD, Vincent Edmond CHOTARD, Etienne CHEVALIER, Emile Marie CHARLOT, Adolphe CHAMBERLIN, Eugène Nicolas CHANAT, Jean-Baptiste CHAMBART, Octave Henry CHEF D'HOTEL, Jean Louis CHEVIN, Julien CHARPENTIER, Emile Adolphe CHARLET, Charles Sébastien CHIPOT, Jules Hippolyte CLONNER, Albert CLAUDET, François Alphonse CLEDIERE, Emile CLINET, Louis Frédéric CLISSE, Louis Félix Auguste CLEMENT, Hector arthur CORNEMUSE, Félix COLLARDET, Alexandre Gustave COIGNET, Emile Auguste COLMICHE, Eugène Joseph COLOMBUS, Pierre Augustin COEUR, Auguste Julien CORLET, Florimond Désiré CROQUART, Claude CREPIN, François Joseph CRETIN, Charles Henry CREPEAU, Marc CUSA, Louis Léon Joseph CUVE, François Emile CUCU, Jean DABIN, Léon François DAVELUY, Joseph Victor (ou Désiré) DANGERS, Julien DARBOIS, Nicolas DATRY dit Louis, Jules DELAHAYE, Jules DEVE, Jean-Baptiste Auguste DEVILLE, Charles Auguste Emile DEMOULIN, Marie Gustave Adolphe DEMARQUE, Alfred Charles DEVOS, Louis Edmond (ou Edouard) DELAMAR, Paul DEVANNE, Edouard DESOBAUX, François DECOMBES, Emile Louis DESPORTES, Jean-Baptiste DESWERT, Louis DELATRE, Etienne DESMARTIN, Louis DESFOSSES, Julien Auguste DESAUCHAMPS, Jean DELAGE, Jules Constant DECHOQUET, Louis François DELBERQUE, François DELGUS, Frédéric DEGUISE, Nicolas Auguste DEMARQUE, Victor Marie DEGHESELLE, François DIMANCHE, Charles Auguste DOUILLET, Jules DONET (ou DONNET), Edouard François DOITEAU, Louis DRONSART (ou DROUSART), Henri DRUET, Pierre DUPUY, Jacques Alexandre DUREY, Eugène Vital DUBREUIL, Charles Félix Ferdinand DUMOND (ou DUMONT), Guillaume François DUPREY, Aimé Eugène DUCRAY, Jules Gabriel DUPUIS, Jacques DUMONT, Ernest Théodore Charles DUBEAU, Carles François Frédéric DUHOUX, Jean-Baptiste DUNOYER, Pierre Victor DUGAST, Pierre Arthur DUTOUR, Charles EBSTEIN, Denis Frédéric EMONOT, Jean Auguste ESTEVE, Joseph ETIENNE, Ajax Charles Constant Hector FAURE, Alphonse FAYADAT, Albert Théophile FAVRE, Jules désiré FAGEON, Hippolyte FALLOUE, Auguste FALQUE, Joseph FALLECKER, Albert FAUVE, Claude Marie FAYARD, Etienne Alexandre "FAURELLE" PAURELLE, Emile Auguste FEAU, Charles Ernest Michel FERRET, Alfred Paul Auguste FEVRE, Ferdinand FENA, Eugène Jean FERREZ, Alexandre Jean-Baptiste FIE, Louis FOUSSAT, Pierre FOUCAULT, Désiré Pierre FORTON, Ernest Adolphe FONROUGE, Joseph FOURNIER, Frédéric Constantin FORCARDIRI (ou FORCADIRI), Jacques Philippe FOURNIER, Joseph FRITZ, Jacques FRANCHON, François FRIANT (ou FRIAND), François GAINON, Auguste GARNIER, Adolphe Joseph GAYDAMOUR, Julien GACHET, Amédée Antoine GERMAIN, Alexandre Eugène GILBERT, Jean-Baptiste Pierre Marie GINGUENE, René GIBIERGE, Jean-François GILLARDY, Louis Victor GODARD, Louis Alfred GONTIER, Désiré François GOMOT, Louis GOUJON, Nicolas GOUJOT (ou GOUGOT, ou GOUYOT), Henri Alphonse GOUTIN, Joseph GRANDGIRARD, Désiré GRENIER, Jacques désiré GREVIN, Ferdinand GRAFIN, Etienne GUENIN, Jean joseph GUILLEMARD, Edouard Jules GUIDON, Louis Léon Marie GUILLOT, Auguste Charles GUILLOT dit Delarue, Désiré GUILLET, Eugène Léon GUILLEAUME (ou GUILLAUME), Jean-Baptiste GUIBERT, Joseph hyacinthe GUERAND, Jules Edouard Pierre GUFFROY, Christophe André HAZARD, Louis HALOUZE, Pierre HAMELIN, Victor François HARGUIN, Toussaint HERMANN, Nicolas HENRY, Jean HEMMER, Charles Albert HERBERT, André Stéphanie HENRIOT, Chrysostome Herment HERICOTTE dit Arnaud, Louis Ferdinand HOUDRAY, Paul HOUPILLARD (ou HOUPPILLARD), Louis HUEBERT (ou HUEBER), François HUET, Joseph HUBIER, Nicolas HUBERT, Robert François HUTTE, Auguste JAGER, Jean Hugues JANON, Frédéric Joseph JEAND'HEUR, Germain Léon Auguste JILET, Louis Urbain JOLY, François Léon JOFFRE, Sylvain JOLY, Claude LAURENT, Jean LAUNAY, Jean-Baptiste LAURENT, Alexandre Théodule LAMBERT, Louis Edouard LANCHON, Alfred Victor LANGLOIS, Constant Auguste LAURENT, Casimir Arthur LAMBE, Edouard LAMBOTTE, François Marie LAUBIN (ou LAUBAIN), Alexandre LAGAISSE, Firmin LABOURET, Henri Clovis LAINE, Honoré "Gustave" Amable Joseph (ou Joséphin) LARROQUE, Alphonse Antoine LARMONIER, Achille Louis LAMBERT, Léonard LAVERGNE, Jean-Baptiste LAFAYE, Jean-Baptiste LAUTIER, Georges LAGARESTE, Victor LEGER, Prosper LEBOUR, Alexandre LEBROT, Victor Alexandre LEGRAND, Jean Aimable (ou Amable) Arsène LEGUERRIER, François Prosper LENORCY, Emile Jacques LEDRESSEUR dit dresseur, Léon André LEHY dit Hy, Jean François LECOQ, Louis Ferdinand LEBLON (ou LEBLOND ou LEBLONC), Charles Alphonse LEMERLE, Joseph Bienaimé LEFEVRE, Augustin Félix LEGROS, Alexandre Florentin LENORMAND, Bernard Marie LETOQUEUX, Philippe LEGAS, Eugène Alexandre LEROY, Sylvain LEGER, Louis LECOULTRE, Léon Lucien LECLUSE, Charles François LEFEBVRE, Valentin Isidore LEFEVRE, Baptiste LEFORT, Pierre LEMOINE, Auguste André LHONORE, Emile Auguste LESAGE, Louis Emile LIARD, Jules Alphonse LOUBLIER-BISSON, Edouard LOYE, Marie Ange Joseph LORRE, Jean-Baptiste LOUCHE, Léonard LUGAUD, Auguste Alexandre MAHIEUX, Julien Marie MAILLARD, Louis Aimable MANGNEZ, Henri Etienne MANJON, Edme MARCEAU, Léon Célestin MARCHAIS, Edouard Clément MARCHAND, Aimable Honoré MARCOTTE, Léon Jules MARIE, Eugène Marie MARIETTE, Jean Louis François MARIE, Pierre Alexandre MARIN, Louis Joseph Marcel MARLET, Auguste MARTI, Eugène MARTIN, Joseph Gabriel MARY, Pierre Marie Alexandre MASSON, Elie Jacques MAUPY, Charles MATHIE, Pierre MAURER, André MAZET, Alexandre MEHEUT, Barthélémy MENETRIEUX, Victor MERCIER, Jean Victor MERMINOD, Claude MERSON, François Eugène (ou Eugène François) MILLET, Louis Léonard MICHON, Jules casimir MINOUFLET, Jean MORET, Antoine MOREAU, Victor Louis Philippe MOJOT, Alexandre Charles MOREL, Alexis Alfred MOUCHOUX, Charles Guillaume MOHR, Léon MONPOUR (ou MONPOUX), Auguste Célestin (ou Jean) MORINIERE, Pierre Augustin MOUTON, Jean Victor MONGIN, Adolphe MORISET, Valéry MORLON, Jean François MOESSE, Louis Ferdinand MORY dit Mory des Brandon, Alexandre MULOT, Jean Louis MUTTIN, Pierre François NAVEAU, Joseph NAEGELEN (ou NAGELIN), Pierre NEELS, Nicolas NELSUS, Laurent Joseph NOGUES, Florentin Valère NOIREAU, Pierre (ou Jean) NOEL, Pierre François Jean OLIVIER (ou OLLIVIER), Spire Patrice ONDET, Maximin Ferdinand PAULEVE, Charles Adolphe Camille PAPPAZ, Léon PASQUET, Isidore Désiré PERROT, Joseph PETRON, Léonard PERRIER, Simon PEILLON, Armand Honoré PELCOT, Clément Joseph PETIT, Louis Jean PEINTE (ou PEINT), Jean-Baptiste PETUAUD, Léonard PETIT, Isidore Emile PETITJEAN, Pierre François PERRIN, Toussaint PERRUCHOT, Alexandre François PERILLIAT (ou PERRILLIAT), Nicolas PERRIN, Jean PERRIN, Pierre PETIT-COULEAUD dit Petit-Goulot, Joseph Jacques PROTZER, Auguste PIGACHE, Louis Auguste PICAUD (ou PICAUT), Edouard Julien PIOGER, Alphonse Louis PICAUT (ou PICAUD), Louis Charles Joseph PIGIS, Joseph PIERSON, Joseph Philippe PICHOU (ou PICHON), Vincent PICAUD, Louis Valentin Raymond PLANTARD, Louis Eugène PLACET, Eugène POHU, Pierre POINCELET, Antoine POIRIER, Jean-Louis POTTET, Jean Pierre Arsène POULAIN, Louis POIREL, Henri Augustin POUPON, Joseph PRIEUR, Louis PRIMAUX, Edouard Alfred PRINCE, Jacques Théodore PRETRE, Jean-Marie PRIGENT, Michel Gustave PREVOT, Auguste QUESNEL, Victor RAPENEAU, Jean-Baptiste RAMPILLON, Elysée Ange RATIER, Paulain RAYNAL, Martin Marthe REBU, Désiré Michel RENARD, Jean REBIERE, Jacques REKINGER, Louis Hippolyte RIVIERE, Charles Joseph RICHARD, Maximilien RIGAL, Pierre RICHE, Louis RIVOL, Emile Henri RIOTTOT, Louis Charles Arthur ROGER, Ernest Louis ROBIN, Jules ROGUELIN, Pierre Joseph ROUILLY, Alfred Jean ROUGEOT, Antoine Adolphe ROGE, Louis Henry ROGNANT, Paul Célestin ROUILLON, Charles Eugène ROGER, Jean ROUCH, Pierre Marie Laurent ROUILLAC, Ambroise ROGER, Eugène Adolphe ROLLIN, François RONDEAU, Oswald Jean François ROUSSEL, Pierre RUIMAJOU, Edouard Adolphe SAVARIAUX, Désiré SAINTEVILLE, François Désiré SAULNIER, Victor Joseph SAINDO, Auguste Arthur SCREVE, Henry (ou Henri) SCHMIT, Claude SCHMIT, Joseph SESTIER, Gustave Epiphane SILLIAUX, Pierre SIRUGUE, Jules Henri SOU, Gustave SPRENGER, Auguste STRAVENN, Pierre STOFFEL dit Cosaque, Jean-Baptiste TABOURET, Benoît TATE, Alfred Jean-Baptiste TAILLON, Antoine Gustave TAD'HOMME, Jules Gustave Alphonse TABARIN, Louis Alphonse TERRAIL, Auguste TENES, Fleury Eugène TERRAT, Victor Alexandre TETU, Etienne TETARD, Augustin TERRIER dit Firmin, Paul Léon THILLARS (ou THILLARD), Jacques Louis THORE, Joseph TISSOT, Henri Louis TONDU, Auguste TROUILLARD, Maximin TROTTIN, Félix Joseph TUFFIER, Charles Alexandre Aloïse VANRYCKEGHEM, Jean-Marie VASSAR, Jean VAYRON, Jules VEZARD, Jules Prosper VEYRIER, Edouard Joseph VERTLEBOUT (ou VERTDEBOUT), Ernest Jean VIGNAIS, Edouard VINCENT, Paul VITRY, Jules César WARENDEUF, Henri WALL (ou WAL), Eugène Jacques WILHELM, Aloïse (ou Eloïse) WILMANN, Joseph WITTE, Henri Pierre WOLFF, Jean Guillaume ZUBERT, David Emmanuel ZWAHLEN.

Pour tout renseignement concernant ces prisonniers, vous pouvez me contacter (ici). Les photos des Communards utilisées dans cet article proviennent du site http://digital.library.northwestern.edu, avec l'aimable autorisation du webmestre du site pour leur utilisation ici. Les photos présentées correspondent en principe aux personnages, mais une erreur d'identification est toujours possible.


12ème convoi de déportés 

La Garonne effectua aussi le transport du 12ème convoi de déportés de la Commune vers la Nouvelle-Calédonie, parti le 5 décembre 1874 de l'île d'Aix, pour atteindre Nouméa le 12 mars 1875, après 97 jours de mer.

Liste des condamnés à la déportation en enceinte fortifiée : Georges METADIER (ou MEITADIER) dit Poussard, François Joseph RICHARD, Jean Théophile SIMONET, Benoît Marie Jacques THIBAUDIER.

Liste des condamnés à la déportation simple : Jean-Baptiste MARTIN, André NICOLAS, Victor Eustache RAVELLE, Eugène Constant (ou Ernest), Dominique Ferdinand VINCENT.

Pour tout renseignement concernant ces prisonniers, vous pouvez me contacter ici.



Sources :

- Déportés et forçats de la Commune : de Belleville à Nouméa, par Roger Pérennès, Nantes, Ouest Editions, 1991.

- Site Internet http://dossiersmarine.free.fr:fs.html

- Dossiers des navires au Centre des Archives d'Outre-Mer à Aix-en-Provence, série H30.

- Courriels de Laurent Bourcier d'août 2013 à février 2014.

- Courriels de Max Derouen du 14 et du 16 novembre 2013.

Crédits photographiques :

- Déportés et forçats de la Commune : de Belleville à Nouméa, par Roger Pérennès, Nantes, Ouest Editions, 1991, page 231 pour la photo de la Garonne.

- Numérisations archives par Bernard Guinard.

- Numérisations de pages de la Revue Hydrographique de 1873, envoyée par Jean-François Lonc.

- Site Internet http://dossiersmarine.free.fr:fs.html.

- De Paris à Nouméa, l'histoire des insurgés de la Commune de 1871 déportés en Nouvelle-Calédonie, textes d'Hélène Duparc iconographie de Barthélémy Alibert, Editions Orphie 2003.

Retour Accueil site